Élections et enjeux municipaux : de la parole aux actes

Par Martine Letarte

Élections et enjeux municipaux : de la parole aux actes

Contenu réalisé en collaboration avec l’Union des municipalités du Québec

Philippe Couillard s’est engagé à transférer un point de la TVQ aux municipalités.

Alexandre Cusson : « Il est essentiel que le milieu municipal demeure mobilisé et uni pour que les élus, peu importe leur parti, passent ensuite de la parole aux actes. C’est la meilleure façon d’obtenir des gains pour améliorer la qualité de vie de nos populations. »

Pour présenter sa plateforme municipale, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) est en tournée dans toutes les régions depuis la fin mai. L’objectif : mobiliser les troupes à la grandeur de la province autour des enjeux prioritaires pour les municipalités en vue du scrutin provincial du 1e octobre.

Lors des 97es assises annuelles de l’UMQ tenues à Gatineau du 16 au 18 mai, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est engagé à transférer un point de la TVQ aux municipalités. Une promesse qui viendrait révolutionner la fiscalité municipale. Pas moins de 1,5 milliard de dollars seraient ainsi transférés annuellement aux municipalités.

Et ce n’est pas tout.

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée, chef du Parti québécois et Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire, ont emboîté le pas en prenant le même engagement.

La Tournée de la présidence, qui a démarré tout de suite après les assises, a donc été lancée sur une note particulièrement positive.

« C’est certain que ces engagements répondent à plusieurs de nos demandes pour doter les gouvernements de proximité d’une fiscalité adaptée aux réalités du 21esiècle », affirme Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville.

Occupation du territoire
La fiscalité est l’un des quatre grands enjeux prioritaires de la plateforme municipale de l’UMQ avec l’autonomie, la mobilité et l’occupation du territoire.

« Nous sommes très heureux d’avoir eu des engagements sur la fiscalité, mais nous travaillons très fort pour en obtenir aussi sur nos autres priorités », indique Alexandre Cusson.

Il profite d’ailleurs de la tournée pour discuter avec les élus municipaux, les acteurs socioéconomiques et les candidats aux élections provinciales des spécificités régionales des grands défis. Lorsque Premières en affaires l’a joint, il se trouvait en Gaspésie.

« Ici, la question de l’occupation du territoire est très importante », a constaté le président de l’UMQ. « On souhaiterait une meilleure présence de l’État et des emplois gouvernementaux. Pourquoi les gens qui travaillent, disons, dans le domaine des pêcheries, ne seraient-ils pas basés dans les régions où il y a le plus de pêche ? Ce serait plus approprié qu’ils soient à Gaspé, par exemple, plutôt qu’à Montréal, ou à Québec.»

Cette volonté de décentraliser fait partie de la plateforme municipale de l’UMQ. Tout comme le développement des infrastructures numériques.

« On dit toujours que l’économie a changé, que le commerce en ligne est devenu incontournable, que le secteur manufacturier doit être innovant et faire plus de place à l’automatisation et à l’intelligence artificielle, mais il y a deux Québec actuellement : celui qui est branché, et l’autre
», déplore Alexandre Cusson qui s’est même fait mentionner en début de tournée la difficulté à avoir une connexion Internet de qualité dans certains secteurs de la Montérégie.

Autonomie et mobilité
La mobilité durable soulève aussi l’intérêt des différentes régions lors de la tournée. « On parle de grands projets à Montréal et à Québec, mais toutes les régions ont leurs besoins en matière de transport et doivent améliorer la mobilité, constate le maire de Drummondville. Et il faut considérertous les moyens de transport, incluant le ferroviaire et l’aérien.»

De plus, même si l’an dernier le gouvernement a adopté le projet de loi 122 qui reconnaît les municipalités comme gouvernements de proximité en augmentant leur autonomie et leurs pouvoirs, l’UMQ considère qu’il reste du travail à faire.

« La vision doit percoler dans l’ensemble des ministères et dans les différentes facettes des relations gouvernementales entre Québec et les municipalités », affirme-t-il. Par exemple, l’UMQ souhaite que les municipalités aient une place à la table lors des négociations de certaines ententes avec le gouvernement fédéral lorsque des programmes sont mis en place.

Vers le Sommet municipal
Alors qu’une bonne partie de la tournée a déjà été réalisée, le président de l’UMQ est très heureux de constater que la plateforme municipale qu’il a réalisée avec les caucus d’affinité de l’Union répond aux besoins des régions.

« On sent que les gens sont très contents ; ils participent aux discussions et sont prêts à se mobiliser dans ce contexte préélectoral », affirme Alexandre Cusson, élu à la présidence de l’UMQ en novembre dernier.

Après s’être arrêtée dans une trentaine de municipalités dans toutes les régions du Québec, la tournée se terminera le 12 septembre, dans Chaudière-Appalaches. Puis, elle culminera avec le Sommet municipal, le 14 septembre, qui réunira à Québec les élus des différentes municipalités.

« Les chefs des différents partis politiques provinciaux seront présents et ils y prendront d’autres engagements envers les municipalités par rapport aux questions prioritaires de notre plateforme », affirme Alexandre Cusson. « Il est essentiel que le milieu municipal demeure mobilisé et uni pour que les élus, peu importe leur parti, passent ensuite de la parole aux actes. C’est la meilleure façon d’obtenir des gains pour améliorer la qualité de vie de nos populations. »

plateformemunicipale.umq.qc.ca