" />
Token du panier = 2728b95b355a801b3f936332238d2931
Token du client = 7f9ce50d7a5b484986cdcffa4e68a637
Url du panier = http://premieresenaffaires.com/spip.php?page=echoppe_panier
Total item panier = 0
Statut du panier = temp
id_auteur =
id_auteur_tmp =
Abonnez-vous ! 6 numéros par année
Contenus web et avantages exclusifs
  • ACTUALITÉS
  • BILLETERIE
  • BLOGUES
  • DOSSIERS
  • ÉVÉNEMENTS
  • FEMMES D'EXCEPTION
  • MAGAZINE
  • WEB TV
  • Donnez votre avis

    Facebook

    Dans la même rubrique

    Dans le but d’entretenir la passion pour la gastronomie et d’honorer son engagement à soutenir les arts culinaires, l’eau minérale pétillante San Pellegrino a créé en 2002 le concours "Almost Famous Chef", un programme de mentorat réunissant certains des meilleurs étudiants en cuisine, des chefs de renom ainsi que d’influents chroniqueurs gastronomiques. Depuis ce temps, le concours a contribué au lancement de centaines de carrières culinaires et au perfectionnement professionnel d’une nouvelle génération de chefs.

    Ce sera peut-être le cas pour Jean-Christophe Comtois, étudiant en cuisine de l’École hôtelière de la Capitale. Lors de la grande finale du concours, qui s’est tenue du 8 au 10 mars dernier au Culinary Institute of America à Greystone, dans la vallée de Napa, en Californie, le talentueux cuisinier s’est illustré en obtenant deux prix.

    Grâce à son plat vedette, un veau aux fines herbes et à l’ail et polenta croustillante parfumée au « Tomme des Joyeux Fromagers », le représentant canadien s’est mérité un prix du public, en plus d’avoir remporté les honneurs dans la catégorie Mystery Basket, un concours d’habiletés et d’improvisation.

    Comment es-tu arrivé à prendre part au concours San Pellegrino Almost Famous Chef ?

    Je suis présentement étudiant à l’École Hôtelière de la Capitale. Au début de l’année, mon professeur nous a proposé de participer au concours San Pellegrino Almost Famous Chef. Il s’en est suivi une épreuve de sélection et j’ai été choisi pour représenter l’école. J’ai ensuite remporté la finale canadienne du concours et obtenu mon laissez-passer pour la grande finale.

    Ainsi, j’ai eu la chance de représenter le Canada à la grande finale du concours culinaire San Pellegrino Almost Famous Chef qui avait lieu en Californie au début du mois de mars. J’ai aussi pu visiter une école de cuisine hors du commun et rencontrer des chefs et des gens de l’industrie alimentaire, me permettant ainsi de bien garnir mon réseau de contacts professionnels. J’ai d’ailleurs remporté deux pour prix sur une possibilité de cinq. J’étais assez fier ! Ma participation au concours a définitivement été ma plus belle expérience professionnelle.

    Quel genre d’implication ce concours demande-t-il ?

    Durant tout l’automne, j’ai passé beaucoup de temps à mettre au point, pratiquer et peaufiner le plat que j’allais présenter à la finale canadienne à Toronto et, dans l’éventualité d’une victoire, à Greystone en Californie.

    De quels apprentissages antérieurs as-tu le plus bénéficié lors du concours ?

    L’an dernier, j’ai fait un DEP en cuisine d’établissement pendant lequel j’ai été beaucoup amené à peaufiner mes techniques de base en cuisine. Je me suis concentré sur cet aspect de ma formation et j’estime que ça m’a bien servi au cours de cette compétition. J’accorde une grande importance à la justesse des cuissons et à la précision des assaisonnements.

    Quelles forces personnelles t’ont permis de te démarquer ?

    Au cours de la compétition, j’ai dû faire preuve d’une grande capacité d’adaptation. Mon capacité à gérer mon stress m’a aussi servi à obtenir du succès.

    Qu’est-ce qui te motive dans ce genre d’expérience ?

    Je suis quelqu’un de nature compétitive. Les défis me stimulent. Aussi, toute la pratique que j’ai dû faire pour me préparer a définitivement amélioré mes techniques de cuisine en un court laps de temps.

    À quel genre de défi as-tu fait face durant le concours ?

    Je devais réaliser un plat en 15 exemplaires dans un temps limité à deux heures. Ce plat allait être goûté par des chefs professionnels et évalué par des critiques culinaires. Il fallait donc être en mesure de bien gérer la pression et le stress !

    Aussi, la cuisine où avait lieu la compétition était bien différente de celle à laquelle j’étais habitué, ce qui peut être très déstabilisant. J’ai tout de même été capable d’entrer dans ma zone de confort et ainsi de cuisiner à la hauteur de mes habiletés.

    Que retiens-tu de ton expérience ?

    Je tire une grande fierté de mes performances au concours San Pellegrino Almost Famous Chef. J’ai travaillé très fort pour arriver à être fin prêt pour cette compétition. Cela m’a vraiment prouvé que lorsque l’on met les efforts et le temps nécessaires dans ce que l’on fait, on peut arriver à de grands résultats.

    Si tu avais une cause à laquelle te dévouer, quelle serait-elle ? Pourquoi ?

    Comme mes champs d’intérêt gravitent autour de l’alimentation et de l’éducation, je me dévouerais sans doute à la cause du Club des petits déjeuners. Je considère qu’il est essentiel de bien s’alimenter pour être en mesure d’accomplir ce que l’on veut. Il est d’autant plus nécessaire que des enfants aient le ventre plein pour être en mesure de faire de vraiment se réaliser à l’école.

    As-tu un projet particulier que tu aimerais réaliser dans le futur ?

    J’aimerais bien avoir un commerce dans le domaine de l’alimentation, probablement une épicerie fine et un service de traiteur.

    Pour le moment, je travaille en restauration. J’aimerais bien que mon métier m’amène à voyager un peu partout à travers le monde pour pouvoir en apprendre davantage sur les diverses cultures alimentaires et sur la place qu’occupe la nourriture au sein des différentes sociétés. Quel a été le tournant de ta carrière à ce jour ?

    Le tournant de mon parcours jusqu’ici a été de choisir d’étudier et de travailler dans le domaine qui me passionne réellement le plus, c’est-à-dire la cuisine. J’ai toujours aimé cuisiner, mais ce n’est que l’année dernière que j’ai décidé de faire le saut en gastronomie et d’en faire mon métier. Je n’ai jamais regretté cette décision.

    As-tu un conseil à donner aux jeunes ?

    Le seul conseil que je puisse leur donner est de mettre de la passion dans ce qu’ils font. Le reste suivra.

    PartagezBookmark and Share

    Laissez nous un commentaire



    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ? (optionnel)
    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Connexion

    514 876 0014

    Je suis abonné

    Veuillez entrer l'identifiant qui se situe sur l'étiquette-adresse de votre magazine

    Je ne suis pas abonné

    Passez à l'étape suivante

    Première connexion ? Vous recevez le magazine et vous ne vous êtes jamais connecté en ligne: Créer mon compte.

    Abonnement

    514 876 0014

    Panier d'achat

    Vous aurez très prochainement la possibilité de commander vos évènements et abonnements en ligne. En attendant, vous pouvez nous contacter au (514) 876 0014 ou par courriel. Merci de votre compréhension.